Nouvelle version de Topographie.net

topographie.netNouvelle année, nouveau site : tout beau tout neuf, Topographie.net vient de se refaire une beauté.

Vous y retrouverez toujours les divers logiciels en téléchargement et bien sûr le Forum et les petites annonces.

Bientôt 400.000 visites pour notre ami, encore bravo.

La lunette de Galilée a 400 ans

On ne sait pas vraiment quand ni par qui le principe de la lunette a été inventée mais ce serait vraissemblablement vers la fin du XVIe siècle.

Ce qui est sûr, c’est qu’en 1608 en Italie, Hans Lippershey, un hollandais, fait la démonstration d’une  » lunette grossissante permettant de voir des objets éloignés « . Il présente une longue-vue permettant de grossir 3 fois ce que l’on voit. Galilée va s’inspirer de cette première lunette et la perfectionner, allant jusqu’à observer le ciel.
Lire la suite de cette entrée »

Liste des cartes de Cassini

D’après les archives conservées à l’I.G.N., l’œuvre des Cassini représente 181 cartes au format Grand-Aigle (105×75 – proche du format A0 actuel) couvrant la totalité du territoire français de l’époque et qui se décomposent ainsi :

N° de feuille Intitulé de la carte Date des levés Date probable de publication
1 Paris 1756
2 Beauvais
3 Amiens vers 1757
4 Arras 1756 1757
5 Saint-Omer 1758
6 Dunkerque
7 Fontainebleau vers 1756
8 Orléans vers 1757
9 Gien 1759
10 Bourges 1756 -1758 1760
11 La Chatre 1758-1766 vers 1768
12 Evaux 1759 1761

Lire la suite de cette entrée »

La famille Cassini

Famille d’origine italienne contemporaine de Louis XIV, ces quatre générations de scientifiques ont marqué l’Histoire de la Cartographie mais aussi de l’astronomie, de la géodésie, etc. à travers l’Observatoire de Paris qui sera dirigé par les CASSINI pendant plus d’un siècle. Ils sont les premiers cartographes civils français à avoir couvert la totalité du territoire de l’époque en cartes et élaboré la première triangulation, tout ceci sur ordre de Louis XIV.
Lire la suite de cette entrée »

Le théodolite magnétique Chasselon 1950

Année : 1950/1960
Le modèle présenté ici est le dernier construit par le fabricant, il a principalement été commercialisé en France (observatoires magnétiques, Service hydrographique de la marine …) entre 1950 et 1960. La précision obtenue pour la mesure de la déclinaison est de l’ordre de 15 secondes d’arc, identique à celle des modèles précédents.
Cet appareil acquis en 1956 pour la préparation de l’Année Géophysique Internationale, a été ensuite utilisé à l’observatoire magnétique de Port-aux-Français (îles Kerguelen) de 1957 à 1980.

Merci au Musée de Sismologie et Magnétisme Terrestre de l’Université de Strasbourg

Le théodolite magnétique Chasselon 1930

Année : 1930
Le théodolithe magnétique Chasselon permet de mesurer la déclinaison D et la composante horizontale H du champ magnétique terrestre.
L’appareil présenté, construit par les ateliers français Chasselon en 1930, a été utilisé à l’observatoire magnétique de Port Alfred (archipel Crozet) entre 1974 et 1981.

Merci au Musée de Sismologie et Magnétisme Terrestre de l’Université de Strasbourg

L’orographe de Franz Schrader – 1880


Inventé en 1873 par Franz Schrader (1844 – 1924), c’est un peu le croisement du sextan et de la planchette. Le principe est simple : c’est le déplacement de la lunette, directement reliée à un crayon, qui permet de dessiner le relief visé sur un disque de papier. C’est une véritable table d’orientation portable.
Franz Schrader perfectionnera son instrument jusq’en 1885. Il restera le premier homme à cartographier les Pyrénées, avec notamment la première carte du Mont-Perdu et du cirque de Gavarnie en 1874.

Pour en savoir plus…

Newton avait raison (suite) …

Tiré de l’article de James R. Smith paru dans la revue Geomètre de Janvier 1999.

L’expédition au Pérou : 1735-1745

Le groupe était officiellement dirigé par Louis Godin, avec l’assistance des académiciens Pierre Bouguer et Charles-Marie de La Condamine, mais en fait l’exécution des travaux s’effectua sous la responsabilité de La Condamine. Comme le Pérou était à l’époque un territoire espagnol, l’autorisation d’accès fut soumise à la présence auprès de l’expédition de deux officiers de marine espagnols : Jorge Juan et Antonio de Ulloa. Considérée au départ comme un fardeau, cette présence se révéla comme une contribution appréciable aux travaux scientifiques et elle permit de recueillir d’abondantes relations sur les différents aspects de la vie dans cette région. Ces dernières furent rassemblées à la demande du gouvernement espagnol.
Le voyage de Paris à Quito, base arrière de l’expédition au Pérou, dura d’avril 1735 à juin 1736, soit un temps presque équivalent à la durée totale de l’expédition en Laponie. La traversée ne fut pas exempte d’incidents, et la marche d’approche à partir de la côte, jusqu’à une altitude de 1 460 toises (2845 m) s’avéra pénible et difficile. Presque toutes les stations de Lire la suite de cette entrée »

Newton avait raison…

Tiré de l’article de James R. Smith paru dans la revue Geomètre de Janvier 1999.

… la Terre est aplatie aux pôles

L’Académie des sciences de Paris a organisé deux expéditions au 18ème siècle, l’une en Laponie l’autre au Pérou. Grâce à la technique de triangulation, elles devaient déterminer si oui ou non la Terre était aplatie aux pôles.
Pour mettre un terme à l’interminable controverse concernant la forme de la Terre – était-elle aplatie ou renflée aux pôles? – entre Isaac Newton, les Cassini et leurs supporters en Angleterre et en France, l’Académie des sciences de Paris décida de monter deux expéditions pour les départager. La première quitta Paris en avril 1735 pour le Pérou, et la seconde se rendit en Laponie en avril 1736.
Le rapport de la seconde expédition ayant été divulgué le premier, priorité sera accordée à ses résultats. L’expédition au Pérou dura beaucoup plus longtemps et fit des observations beaucoup plus étendues, elle rencontra aussi beaucoup plus de problèmes.
Lire la suite de cette entrée »

La formation continue

> Sans diplôme :
  1. GRETA de Castelnaudary (11) : Formation topographique de 40 heures. Attestation de fin de formation : 04.68.23.21.71 ou greta-castelnaudary@ac-montpellier.fr
  2. GRETA Dijon B.I.T.P. – Chenôve (21) : Formation de 5 à 10 jours en Topographie 03.80.54.39.00 ou ce.greta.bitp@ac-dijon.fr
  3. GRETA de Riom-Volvic (63) 04.73.38.62.40 ou greta-riom-volvic@wanadoo.fr
  4. GRETA du Lot – Cahors (46) : Topographie – Implantation : formation de 2 jours. ou Topographie : relevé intérieur/extérieur : formation de 24 à 32 heures. 05.65.35.43.91 ou 46grecah@ac-toulouse.fr
> BEP-CAP
  1. GRETA du Rouergue – Rodez (12) : CAP Opérateur-Géomètre : formation d’un an en alternance, préparé la première année de la Lire la suite de cette entrée »